• Quelles conditions les entreprises doivent-elles mettre en place pour favoriser l’engagement?

    par  • 17/12/2009 • Expérience-employé, Publications • 0 Commentaires

    Pour faire suite à mon dernier billet qui résumait une partie de l’entretien fort inspirant que j’ai eu avec Christian Vanderberghe, voici ce dont il m’a fait part concernant les conditions à mettre en place afin de favoriser l’engagement si précieux de ses employés.

    Les construits qui jouent un rôle central dans le développement des attitudes d’engagement au travail sont :

    • le soutien organisationnel perçu
    • la justice organisationnelle
    • le processus d’échange supérieur-employé

    Le soutien organisationnel perçu

    L’entreprise doit mettre en place des pratiques de gestion qui valoriseront le soutien émotionnel offert aux employés dans l’exercice de leurs fonctions. De plus, il conviendra d’accorder aux gestionnaires un espace-temps suffisant qui favorisera le développement de la « relation humaine » ou l’attachement avec ses employés. Les pratiques de reconnaissance sont nécessaires à l’engagement car elles témoignent de l’appréciation et de la considération de l’entreprise envers ses employés. On fait principalement référence aux pratiques de gestion non-monétaires.

    La justice procédurale

    La pratique d’une justice procédurale est une autre condition très importante pour créer de l’engagement. Les procédures et processus reliés au personnel doivent être perçus justes et équitables. Pour ce faire, on doit s’assurer qu’ils soient communiqués avant leur mise en application de façon transparente et qu’ils soient prévisibles afin qu’ils permettent une responsabilisation des gens concernés. Par exemple, les conditions pour l’obtention d’une promotion auront avantage à être connues et comprises à l’avance par les parties intéressées pour ne pas susciter de désengagement. Je peux mieux accepter une décision déplaisante si j’en comprends le rationnel et ce qu’il me faudra faire pour corriger la situation.

    Le processus d’échange supérieur-employé

    Finalement, le rôle du supérieur est essentiel dans le processus d’engagement puisqu’il est le lien direct avec l’entreprise. Il est celui qui au quotidien oriente le travail, qui aligne, mobilise et écoute. Il est en quelque sorte l’ambassadeur de l’entreprise, il a un rôle clé pour fidéliser les employés. N’oublions pas qu’on joint une entreprise mais qu’on quitte un patron.

    Ce que je retiens
    Pour créer l’expérience-employé, il est nécessaire de redonner des lettres de noblesse au rôle des supérieurs directs, ce qui devrait se traduire par une délégation accrue de pouvoir. En effet, qui a envie de s’attacher à quelqu’un qui n’a pas de pouvoir? Son rôle est de connecter l’employé à l’organisation, de créer un environnement où chacun peut exprimer son identité, de vendre un avenir prometteur. Le superviseur doit aussi communiquer ce qui va bien. L’engagement repose sur une relation humaine et se développe au quotidien par un dialogue constructif.

    Dans nos organisations, accordons-nous un espace-temps suffisant pour favoriser l’engagement de nos employés ? Vos pratiques de gestion sont-elles alignées sur cet objectif?

    En ce temps des Fêtes qui appproche à grands pas, je tiens à vous souhaiter à tous un très Joyeux Noël et de très belles vacances! Je serai de retour dès le début janvier!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Protected by WP Anti Spam